Un jour, j'irai vivre en théorie parce qu'en théorie tout se passe bien.


Welcome to my blog photo & life.

This blog is an exhibition of my photos at the discretion of my travels. It also contains photos of various authors that I can meet on Flickr, and gives me permission to state their case.

Do not hesitate to leave criticism and comments.


The way I see the world...

I hope you enjoy.


Lisez mon interview sur Whohub
Demandez-moi mon opinion sur quelque chose:

photographs, life ...
Ma photo
Paris, France
© ALL RIGHTS RESERVED. Merci de respecter mes droits d'auteur et de ne pas reproduire le contenu de ce blog sans mon consentement. La contrefaçon est un délit, puni de lourdes peines (Art. L335-2 du Code de la Propriété intellectuelle) Please, do not copy my photographs, If you would like to use any of them, contact me! jeanfabien.comcast@gmail. S'il vous plaît, ne pas copier mes photos, si vous souhaitez utiliser l'une d'elle, contactez-moi! jeanfabien.comcast@gmail.com

mercredi 31 août 2011

31081106

Paris

31081105

Paris

31081104

Paris

31081103

Boulevard Haussmann, Paris
Station du métro de Paris sur les lignes 7 et 9, dans le 9e arrondissement de Paris.

31081102

Boulevard Haussmann, Paris
Station du métro de Paris sur les lignes 7 et 9, dans le 9e arrondissement de Paris.

31081101

Boulevard Haussmann, Paris
Station du métro de Paris sur les lignes 7 et 9, dans le 9e arrondissement de Paris.

dimanche 28 août 2011

28081105

Wat Thammapathip

28081106

Wat Thammapathip

28081104

Wat Thammapathip

28081102

Wat Thammapathip

28081101

Wat Thammapathip

28081103

Wat Thammapathip

samedi 27 août 2011

25081101

Paris

27081105

Wat Thammapathip

N°19

N°19 by Jean-Fabien - photo & life™
N°19, a photo by Jean-Fabien - photo & life™ on Flickr.

Wat Thammapathip

27081103

Wat Thammapathip

27081104

Wat Thammapathip

Sunflower

Wat Thammapathip

Sunflower & bumblebee

Wat Thammapathip

mercredi 17 août 2011

12081101

Antwerpen train station

12081106

Antwerpen train station

12081105

Antwerpen train station

12081104

Antwerpen train station

12081103

Antwerpen train station

12081102

Antwerpen train station

vendredi 12 août 2011

Beach volley

Hôtel de Ville de Paris

Le point zéro

Le point zéro est situé à une trentaine de mètres devant l'entrée de Notre-Dame, sur l'Île de la Cité, dans le 4e arrondissement. Il est matérialisé dans les pavés du parvis de la cathédrale par une rose des vents gravée au centre d'un médaillon octogonal en bronze ; celui-ci est entouré d'une dalle circulaire en pierre divisée en quatre, chacun des quartiers portant l'une des inscriptions en lettres capitales : « POINT », « ZÉRO », « DES ROUTES » et « DE FRANCE ».

Selon certains, il serait symbolique de la centralisation de la France autour de sa capitale.

Il ne doit pas être considéré comme une borne géodésique qui matérialiserait un point géodésique; à titre d'exemple, le point géodésique le plus proche dans le système NTF est la flèche de la cathédrale.

Pingouin

Paris

5... 18H15

Café Parisien

07081129

La Seine

Le Départ

Paris

07081127

Notre Dame de Paris

Porte de Montreuil

Ligne 9

jeudi 11 août 2011

07081126

Paris

07081125

La Seine

07081124

Velib. Paris

07081123

Fontaine Stravinski, Paris

07081122

centre Beaubourg

place Stravinski

Centre Beaubourg

framework

Le centre Pompidou occupe l’emplacement de l’ancien îlot insalubre no 1. Sa construction a fait l’objet d’un concours international d’architecture, conformément à la volonté de Georges Pompidou qui avait souhaité « que ce concours soit le plus souple possible. Ceci veut dire que les conditions du concours ne devront comporter qu'un minimum de servitudes se rapportant à l'utilisation envisagée des lieux, et qu'il appartiendra aux architectes en fonction de ces servitudes d'établir leurs projets sans avoir à se préoccuper des règlements tels que ceux concernant la limitation de hauteur. Ce n'est que dans un second stade et sur un des projets retenus pour leur qualité esthétique et leur adaptation aux besoins d'un centre de l'art moderne que l'on pourra être amené à prendre position sur ce problème de hauteur. Il convient aussi que le concours soit accessible à tout architecte de talent, serait-il jeune et dépourvu de moyens financiers. Les conditions d'organisation du concours doivent donc prévoir sous des formes à définir le moyen pour tout architecte dont le projet aurait été remarqué d'être rémunéré de son travail et des frais engagés. »

Le 19 juillet 1971, un jury présidé par Robert Bordaz choisissait le projet des architectes Renzo Piano et Richard Rogers, assistés par le programmiste Gianfranco Franchini. La construction a duré de 1971 à 1977.

Le projet de Piano et Rogers était le seul, parmi tous les projets proposés, à implanter le bâtiment selon un axe nord-sud, respectant la trame urbaine du quartier (avec les axes du boulevard Sébastopol et des rues Saint-Martin et du Renard). Ce parti permettait en outre de n'occuper que la moitié du terrain en dégageant une vaste esplanade, la piazza, permettant l'accueil du public et une liaison plus fluide entre le bâtiment et la ville.

Le bâtiment se compose de 7 niveaux de 7 500 m² chacun, dont deux niveaux de sous-sols. Chaque niveau forme un vaste plateau, entièrement modulable, l'ensemble de la structure porteuse, ainsi que les différentes gaines techniques, étant rejetés à la périphérie du bâtiment, lui conférant un aspect extérieur très caractéristique, comparé par certains critiques à une raffinerie de pétrole dans le centre de la ville. Toutes les circulations verticales, personnes et fluides sont rejetées sur la façade : les tuyaux extérieurs colorés constituent une particularité du bâtiment. Les conduites d'air conditionné sont bleues, les tuyaux d'eau sont verts et les lignes électriques sont jaunes. Les ascenseurs sont rouges. Les canalisations blanches sont des gaines de ventilation pour les parties souterraines. Même les poutres métalliques qui composent la structure sont apparentes.

L'intention des architectes était de placer les services de logistique hors du corps du bâtiment afin de consacrer la totalité de l'intérieur à sa vocation de musée. L'un des inconvénients est l'entretien important vis-à-vis de la corrosion.
Fontaine Stravinski

Hommage quelque peu décalé à l'architecture métallique du XXe siècle et au modernisme architectural, multipliant références et citation, le bâtiment a pu être qualifié de dernier grand bâtiment moderne et de premier grand bâtiment post-moderne : « C'est un bâtiment qui fait semblant, c'est une parodie de la technologie » (Renzo Piano).

Les étages supérieurs offrent une large vue sur Paris. On y accède par la diagonale des escaliers roulants extérieurs qui, en traversant toute la façade en zig-zag, donnent à l'édifice sa signature visuelle.

Des artistes de rue animent la piazza qui fait face au musée. Un bassin proche expose des fontaines constituées par des statues en mouvement de Tinguely (structures métalliques) et Niki de Saint-Phalle (formes colorées). Cette fontaine (la Fontaine Stravinski) est une œuvre dite in situ, dans la mesure où les artistes l'ont créée pour cet endroit précis. Elle symbolise la musique (bruits de l'écoulement de l'eau ou des mécanismes) et a été placée à côté de l'Institut de recherche et coordination acoustique/musique (IRCAM).
Wikipédia

07081119

En 1969, Georges Pompidou, devenu président de la République, décida de construire un nouveau musée d'Art moderne et choisit le plateau Beaubourg comme le seul emplacement disponible9. Mais, ce terrain étant également le seul susceptible d'accueillir la grande bibliothèque publique, il fut décidé, en février 1970, de réunir les deux projets au sein d'un même équipement culturel. Dans la conception du président Pompidou, la bibliothèque devait attirer des visiteurs qui pourraient ensuite découvrir les autres activités proposées. « Je voudrais passionnément, expliqua-t-il, que Paris possède un centre culturel comme on a cherché à en créer aux États-Unis avec un succès jusqu’ici inégal, qui soit à la fois un musée et un centre de création, où les arts plastiques voisineraient avec la musique, le cinéma, les livres, la recherche audiovisuelle, etc. Le musée ne peut être que d’art moderne, puisque nous avons le Louvre. La création, évidemment, serait moderne et évoluerait sans cesse. La bibliothèque attirerait des milliers de lecteurs qui du même coup seraient mis en contact avec les arts. »

La décision de construire « un ensemble monumental consacré à l'art contemporain sur l'emplacement du plateau Beaubourg » à Paris fut prise officiellement par le président de la République Georges Pompidou lors d'un conseil restreint tenu le 11 décembre 1969, sur la base d'un document programmatique qui avait été rédigé par Sébastien Loste, alors chargé de mission à la présidence de la République. Le Conseil de Paris donna son accord le 23 décembre.

À l'origine, le centre devait comprendre un musée d'Art moderne, une bibliothèque publique et le centre de création industrielle (CCI) créé par François Mathey, conservateur en chef du musée des Arts décoratifs. Mais, en 1971, sous l'impulsion directe de Georges Pompidou, il fut décidé d'y inclure également un centre de création musicale confié à Pierre Boulez, qui acceptait de rentrer en France, où il avait cessé toutes ses activités depuis 1966, et qui devait devenir l'IRCAM (Institut de recherche et coordination acoustique/musique).

D'emblée, le projet fut extrêmement mal accueilli par l'administration. Il réunissait en effet un équipement relevant du ministère des Affaires culturelles (le musée), un autre relevant à l'époque du ministère de l'Éducation nationale (la bibliothèque), et un troisième (l'IRCAM), qui s'affirmait comme indépendant, voire rival, de la direction de la musique, de l'art lyrique et de la danse dont le directeur nommé par André Max, le compositeur Marcel Landowski, était en guerre ouverte avec Pierre Boulez. Dans l'esprit de ses concepteurs, le Centre se voulait une réponse à un certain nombre de faillites de la politique culturelle française : l'incapacité à créer un musée d'art moderne digne de ce nom, le retard de la lecture publique par rapport notamment à l'Europe du Nord, le dédain dans lequel les autorités avaient tenu la musique contemporaine. Au lendemain de mai 1968, la fondation du Centre Pompidou apparaissait ainsi comme un nouveau défi lancé à l'académisme des institutions culturelles d'État.
Wikipédia